Les Chroniques de Lucullus n°617

Publié dans Les chroniques.

Amis gourmands bonjour,
Le concours photo de Lucullus
Vous voulez jouer, vous faire plaisir et m’aider ? Alors suivez moi.
Comme vous avez pu le constater, le site http://www.cuisine-lucullus.com/ comporte beaucoup de recettes, en fait 2257, mais seules 263 sont illustrées.

Le but est simple :
Il faut choisir une recette qui vous plaît.
Prendre une photo et me l’envoyer avec le pseudo que vous désirez.
Vous pouvez mettre la recette à votre goût et m’envoyer votre version.
Vous deviendrez alors le rédacteur de la recette.
Ensuite recommencez l’opération.

Votre pseudo ou votre nom, selon ce que vous souhaitez, sera cité en tête de la Chronique de Lucullus qui viendra après votre envoi.
Pour des raisons pratiques je deviendrai le propriétaire de la photo.

Je compte sur vous pour m’envoyer vos recettes et photos à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

Vous aimez l’émission TOP CHEF ?
Alors vous aimerez certainement le premier Bistro Top Chef. Celui-ci ouvre le 8 juillet à Suresnes dans le 92. C’est le présentateur vedette de l’émission, Stéphane Rotenberg, qui en a fait l’annonce. Au menu pour 39,90 € par personne et au choix il y a 4 entrées, 4 plats et 4 desserts. Les plats signés par d’anciens candidats de l’émission seront des plats réalisés lors des épreuves. Louise Bourrat, Norbert Tarayre, Camille Delcroix ou encore Caroline Faulquier feront partie des chefs signataires. Les décors rappelleront le plateau du tournage.

Source : L’Hôtellerie-Restauration (abonné)

Eau de vie, digestifs, gnole, bistoule, pouce… connaissez vous vraiment les différences ?
On en parle, on en parle mais, connaissons nous vraiment les différentes appellations de ces alcools forts que nous dégustons parfois en fin de repas ? Je ne le crois pas. L’hebdomadaire l’Hôtellerie-Restauration vous aide à mieux comprendre les différences.

Les eaux de vie sont obtenues par distillation de jus fermenté de fruits ou de substances végétales autres que des fruits mais ayant subi une fermentation alcoolique. Dans le premier cas on parle d’eaux-de-vie naturelles.
Les eaux-de-vie appartiennent à 9 catégories différentes.
• Les eaux-de-vie de vin, on y retrouve les cognacs et armagnacs.
• Les eaux-de-vie de cidre, le calvados est le plus connu.
• Les eaux-de-vie de fruits, kirsh, mirabelle, poire en sont de dignes représentants.
• Les eaux-de-vie de baies, on y trouve notamment la framboise, la mure, les cassis.
• Les eaux-de-vie de grains et céréales, les plus connues sont le whisky et le gin et certaines vodkas.
• Les eau-de-vie de marc sont obtenus par la distillation du marc issu du pressurage. marc de Champagne et de Bourgogne en sont les plus connus.
• Les rhums, élaborés à partir de jus de canne à sucre ou de mélasses issues des sucreries. C’est l’eau-de-vie la plus consommée au monde.
• Les Fines sont des appellations obligatoirement suivies d’une indication géographique, Fine de Champagne ou de Bourgogne.

Enfin une dernière information, les eaux-de-vie ne vieillissent pas une fois mises en bouteille et se conservent debout.
Source : l’Hôtellerie-Restauration (abonné)

Fruits et légumes de saison
Régulièrement je vous parle de la saisonnalité des produits. C’est important pour tout le monde. Même si la période juin-août est une période de cocagne pour l’alimentation, respecter la saisonnalité est, écologiquement parlant, une obligation vis à vis de notre planète. Choisissez les productions françaises et si possible locales. Acheter des produits bio venant de l’autre bout du monde en font peut être des produits bio mais certainement pas écologiques. Il y a bien évidemment des fruits et légumes qui ne poussent pas en France ou de manière marginale. Dans ces cas, l’importation est nécessaire. Je pense par exemple à la mangue, aux fruits asiatiques ou aux agrumes.

En France, nous avons la chance de produire une variété importante de fruits et légumes. Acheter français c’est défendre les producteurs mais aussi notre indépendance alimentaire. La guerre que mène la Russie en Ukraine nous le démontre si besoin en est. La course aux bas prix demandée par les consommateurs et largement suivie par la grande distribution a deux conséquences. Tout d’abord, nos producteurs soumis à des normes européennes strictes parfois aggravées par des normes françaises surréalistes, ne peuvent pas lutter économiquement contre ces importations . Cela engendre des pertes et souvent des disparitions d’entreprises, ce qui amène du chômage. Ensuite, cela contribue à l’appauvrissement de la diversité en France. Pourquoi un agriculteur cultiverait-il un produit qui ne se vend pas ou mal car le même mais importé lui est préféré ?

Voici un aperçu de la diversité des produits que l’on trouve dans nos étals. Les magazines et sites spécialisés donnent tous les mêmes indications ou peu s’en faut.
Fruits de juin à août :
Melon, pastèque cerise, citron, myrtille, pêche, fraise, rhubarbe, kaki, abricot, groseille, framboise, raisin, figue, prune, poire, mûre, mirabelle, cassis, nectarine, brugnon.
En importation :Mangue, sapotille, pitaya, mangoustan, carambole.

Légumes de juin à août :
Ail, petit pois, carotte primeur, carotte, patate douce, champignon dit de couche, persil, brocoli, laitue, radis, poivron, lentille, concombre, fève, haricot vert, épinard, fenouil, oseille, tomate, blette, aubergine, asperge, courgette, artichaut, pourpier, céleri branche,

Profitez des vacances d’été pour visiter les marchés de vos lieux de villégiature. Vous verrez tous le mal que se donnent les producteurs pour approvisionner les étals. Choisissez si vous le pouvez des producteurs plutôt que des revendeurs.

La guerre et le tournesol
les médias en ont discuté et le rappellent régulièrement, la guerre russo-ukrainienne a un fort impact sur l’approvisionnement en tournesol. Les prix se sont envolés depuis le début de l’offensive russe. De plus, un blocus naval bloque les stocks en Ukraine.

Au 1er juillet 2021, la tonne de tournesol cotait 490 €. Tout au long de 2021 et pour des raisons essentiellement climatiques et de demandes élevées, la cotation s’est affermie pour atteindre 620 € le 16 février. Depuis les cours ont explosé et la tonne de tournesol est à ce jour de 935 € après avoir côté 1020 le 16 mai. L’augmentation est de 330 €/T en un an.

Source : Terre-net

Les vaches et la chaleur
On ne l’imagine pas en les voyant dans les près mais la chaleur gène considérablement les vaches et les autres animaux évidemment à l’exception peut être des dromadaires mais on n’en élève pas en France.

A partir de 22°C les vaches sortent du seuil de confort thermique. Les éleveurs ont alors beaucoup de travail s’ils ne veulent pas que leur troupeaux dépérissent. Les vaches laitières perdraient jusqu’à 2,4 kg de lait par jour en été. L’augmentation de la chaleur perturbe également la manière dont les vaches s’alimentent et peut provoquer des maladies. La reproduction est elle aussi perturbée. Les chaleurs des vaches sont difficiles à détecter. Le risque d’avortement augmente également.

Alors que faire ? Le site Web-agri donne des conseils avisés au éleveurs qui se poseraient des questions que je vous invite à aller voir la page mise en référence et à cliquer sur les liens.

Source : Web-agri
 
Sur ces quelques mots Lucullus part en vacances jusqu'en septembre
Gastronomiquement Votre, Lucullus
Commentaire (0) Clics: 588