Les Chroniques de Lucullus n°515

Écrit par Lucullus. Publié dans Les chroniques.

plumeAmis gourmands bonjour,

Nous y sommes
L'hiver est arrivé avec ses frimas qui givrent les sols et qui, parfois, les recouvrent de neige.

La neige, c'est le plaisir des enfants qui adorent jouer avec et construire des bonshommes de neige.
Je me souviens, étant très jeune, chez ma "mémée du Nord", nous mettions des boulets de charbon pour représenter les yeux.

L'hiver, c'est souvent des souvenirs d'enfance, le chocolat chaud à cinq heures quand on rentre de l'école, ce sont aussi de jolies promenades pour aller voir la nature endormie, les champs nus attendant patiemment de renaître, ils ne sont pas morts, ils dorment.

J'adorais, adolescent, alors que j'habitais à deux pas du Pont du Gard, me balader pour admirer cette luminosité particulière, limpide, qu'on y trouve en hiver. Plus tard, habitant Avignon, j'aimais me rendre à la montagnette de Frigolet près de Barbentane et ensuite vers Maillane et les Alpilles chez Daudet et Mistral avec au bout de la route Arles, cette ville magnifique, porte de la Camargue que j'aime tant.

Ah le mistral, ce vent qui, si l'on n'y fait pas attention emporte le chapeau des messieurs et soulève les robes des dames imprudentes. Ce vent qui vous pourfend parfois de ses aiguilles de glace et vous laisse transi, ce souffle puissant qui vous brûle les oreilles pour peu qu'on les laisse dépasser ; ce zéphyr tourbillonnant nettoie le ciel et le rend d'un bleu éclatant.

La lumière de l'hiver sur les pierres ocres de l'aqueduc romain a laissé en moi un souvenir profond et tenace. Combien de dimanches après-midi ai-je passés avec mon chien, moi à me promener et lui à chercher des lapins. C'étaient des moments de plénitude avant de retrouver l'internat à Uzès.

L'hiver, c'est une lumière et un vent mais c'est aussi une odeur; l'odeur du froid, une senteur un peu fade que j'aime beaucoup. C'est l'odeur de la terre, des sous-bois, de l'humus et de l'eau. Adolescent j'aimais à me rendre à Colias ou à Vers près du Gardon pour admirer tout cela en m'immergeant dans la nature assez silencieuse bien que très vivante pour qui savait regarder, observer. J'y suis allé souvent à la pèche traquer l'anguille ou le sandre.
Tout au long de la rivière, on pouvait reconnaître les traces de pas des sangliers ou des biches venant s'abreuver. On les entendait même parfois de l'autre côté de la rive habitée.

Sur mon chemin, le vieux chemin romain, qui serpente le long des restes de l'aqueduc, je pouvais entendre des brebis à l'hivernage. Il y avait toujours un paysan qui surveillait ses truffières, lorsqu'il ne ramassait pas ses noires pépites. Plus loin, les champs nus étaient parfois traversés par la course rapide d'un renard en maraude, par un lièvre cherchant un abri, des bécasses surgissaient parfois de taillis le long de la route.

L'hiver, ce sont aussi des odeurs particulières à la maison. Celles que j'ai toujours présentes en mémoire c'est celle de la soupe de légumes, celles du ragoût d'agneau, de la blanquette, de la gardiane, mais là, on passe des odeurs aux goûts.

Si odeurs et lumières sont des symboles de l'hiver les goûts le sont tout autant.
Pour se réchauffer, alors qu'il fait froid, la soupe de légumes est un remède salutaire. Pommes de terres, carottes, navets, poireaux, j'ai leurs saveurs sur mes "papilles mémorielles". Ajoutez à cela une bonne tranche de pain de campagne et le bonheur est dans l'assiette.
Adolescent, j'habitais dans une pinède et je passais donc énormément de temps dehors. Aussi, venir s'asseoir à la table familiale avait tout l'air d'une récompense.

L'hiver s'est parfois le temps de l'introspection et naturellement reviennent en mémoire les souvenirs de jeunesse, vous me les pardonnerez donc.

Le début de l'hiver c'est aussi l'arrivée des fêtes de fin d'année, Noël et Nouvel An.
C'est le moment du sapin décoré, de la crèche et de ses santons, on n'y oubliera pas le ravi.
C'est le moment des voeux et des bonnes résolutions que bien sûr on ne tiendra pas.

Forcément, c'est le moment de la lettre au Père Noël que tous les enfants, petits et grands, espèrent généreux.
Noël, fête familiale par excellence est le moment privilégié de l'année finissante pour regrouper la famille parfois éloignée géographiquement.
C'est le moment d'agapes souvent exceptionnelles mais dans tous les cas particulières.
Noël c'est le moment de se mettre devant les fourneaux pour rôtir, braiser ou mijoter de bons petits plats de nos terroirs.
C'est la bonne période pour vous lancer dans les espumas, ces mousses délicieuses, ou encore dans les verrines toutes plus variées les unes que les autres qui éclaireront vos repas.

C'est un grand moment d'union pour tous, croyants ou non, mais incontestablement avant tout Humain.

Alors, pour tout cela, je vous souhaite un bon hiver plein de bons moments, pleins de lumières, de senteurs et de goûts.

Je vous souhaite une joyeuse fête de Noël avec de bons plats dégustés en famille ou avec des amis, de beaux cadeaux à partager et de la bonne humeur pour tous.
Je vous présente également mes vœux les plus amicaux et gourmands de santé et de bonheur pour l'année 2018.

Sur ces quelques mots je vous souhaite une bonne semaine.
Gastronomiquement Votre, Lucullus

Amis gourmands bonjour,

Ce que j'aime bien en France c'est qu'il se passe toujours quelque chose qui a trait aux terroirs, à l'alimentation en général ou aux plaisirs liés à celle-ci. Je ne cesse de m'émerveiller de cette constante chez mes compatriotes.

 

On est les champions... de la dégustation de vins à l'aveugle.

Ce samedi à la maison Bollinger en Champagne, 18 équipes venues du monde entier, dont la Chine, se sont affrontées dans une compétition pendant laquelle il fallait reconnaître 12 crus présentés à chaque équipe.

Le challenge consistait à discerner les caractéristiques des vins selon 5 critères :

Le cépage principal, le pays de production, l'appellation, le producteur et le millésime.

 

Parmi les 12 crus issus du monde entier 4 étaient des crus français.

 

C'est une équipe d'amateurs de Toulouse que a obtenu les meilleurs résultats en réussissant à discerner les 5 critères pour 3 des vins présentés.

Le patron de l'équipe, Jean-Michel Perrussan, dit s'entraîner toutes les semaines avec ses amis du club d'amateurs.

 

La prochaine édition, la 4ème, devrait avoir lieu en octobre prochain à Chateauneuf-du-Pape dans le Vaucluse.

Source : L'union l'Ardennais

http://www.lunion.presse.fr/accueil/la-france-est-championne-du-monde-de-degustation-de-vin-a-ia0b0n425792

 

Pêche au gros dans nos rivières

A votre avis quel est le plus gros poisson que l'on puisse pêcher dans nos cours d'eau ?

Le brochet peut être ?

Vous n'y êtes pas, il faut chercher beaucoup plus gros, plus gros encore que l'esturgeon.

C'est le silure. Ce gros poisson vit vieux et c'est parfaitement adapté à notre climat.

On le retrouve notamment dans la Saône

Le record en France a été pêché par Jeremy Lorton en 2004. 2m56 pour 110 kg.

A vos canne à pêche...

Source : l'Est républicain

http://www.estrepublicain.fr/haute-saone/2014/10/20/le-silure-nouveau-poisson-trophee

 

Le Sial s'est ouvert jusqu'au 23 octobre

Le Sial c'est le Salon international de l'alimentation.

C'est à Villepinte en région parisienne que ce tient cet événement majeur relatif à l'almentation.

 

Là encore malgré une concurrence acharnée le savoir faire français en matière d'alimentation tient encore le haut du pavé. Certes les nouvelles méthodes de consommation, comme le très angl-saxon snacking, font du tort aux restaurants et donc à la gastronomie. Pour autant, notre art de vivre fait toujours de très nombreux adeptes dans le monde entier et le nombre de ceux ci est en constante augmentation.

 

Source : L'alsace

http://www.lalsace.fr/actualite/2014/10/20/dans-l-assiette-le-label-france-resiste-a-la-concurrence

 

Bonne initiative

Au puy en Velay les pâtissiers se sont mis à l"oeuvre pour aider l'association les nez rouges qui vient voir et distraire les enfants hospitalisés.

Une tarte géante de 19,2 m² a été réalisée -(6 mètre de long pour 3,2 m de large). La tarte géante du club des Chocolatier Pâtissiers de Haute-Loire a toute les chances de rentrer au Guinness des Records

La tarte a été divisée en 1200 parts vendues 10 € l'unité.

 

Source:La Montagne

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/haute-loire/2014/10/19/le-record-du-monde-de-la-tarte-geante_11187899.html

 

La Confrérie des Amis de Lucullus

Ce samedi une partie de la confrérie s'est retrouvée pour fêter "La balade du Terroir en Essonne".

Pas moins de 26 producteurs et artisans de l'Essonne ouvraient leurs portes au public.

 

Nous en avions choisi 2 d'entre eux.

Le matin nous avons visité la Brasserie artisanale Parisis à Epinay sous Sénart où l'on nous a expliqué en détail toute la procédure de fabrication d'une bière artisanale, qu'elle soit blonde, ambrée ou blanche. Bien évidemment nous avons interrogé notre hôte sur les produits utilisés pour ses réalisations, son houblon, ses malts, son eau, ses levures.

Ce fut très enrichissant intellectuellement et très agréable lors de la dégustation.

 

Après un repas sympathique dans une crêperie, nous nous sommes dirigés à la ville d'à côté.

 

C'est à Yerres que nous avons visité l'entreprise "Macarons gourmands" qui comme son nom l'indique n'est pas une charcuterie.

Tout comme à la brasserie, les produits et ingrédients de base nous ont été présentés avant une démonstration de réalisation et de mise en place. Pour finir une dégustation des plus agréable nous fut proposée.

Ce fut l'occasion de découvrir un monde nouveau de saveurs comme le macaron au pain d'épice et foie gras ou encore celui au Mojito

 

La prochaine balade du Terroir en Essonne aura lieu fin mars 2015

Le programme est déjà publié sur www.terroir-essonne.com ou sur www.facebook.com/terroir91 .

 

Sur ces quelques mots je vous souhaite une excellente semaine.

Gastronomiquement Votre, Lucullus

 

  • Aucun commentaire trouvé